Bienvenue sur le site de l'écho des champs, 

  journal du quartier des Champs Manceaux

Ce journal est édité par le Comité d'Animation 

des Champs Manceaux à Rennes 35200 FRANCE

Accueil
Remonter
Le Journal
Comité d'Animation
Randonnées
Sucré-Salé
Agenda
Annuaire  Associations
Liens

 

Sarah Bernhardt

(1844-1923)

 

Histoire tragique de la passion du théâtre et celle de ses maladies qui partageront sa vie. Sarah est née le 23 Octobre 1844. FilIe d'une artiste musicale et de père inconnu. Aucune bonne fée ne se penchera sur son berceau, elle devra seule affronter son destin de joie et de misère.

 On la surnommera Fleur de lait en raison de la blancheur de son teint.

Une belle carrière s'ouvre devant elle, une star absolue, éblouissante sur les planches, mais extravagante dans sa vie privée, se faisant photographier dans un cercueil exposé dans son hôtel particulier.

1870:  la guerre éclate entre la France et la Prusse; Sarah troquera sa robe de scène contre la tenue d'infirmière, elle sera au chevet des blessés jour et nuit malgré sa santé chancelante.

A la capitulation de l'armée française, elle reprendra ses robes de comédienne et triomphera dans des dizaines de pièces. Elle sera l'héroïne de Kean d'Alexandre Dumas et du Passant de François Coppée.

Sarah deviendra le monstre sacré, la grande tragédienne de cette époque

Mais derrière cette carrière tonitruante où elle jouera plusieurs dizaines de pièces, charmant par sa présence, son ardeur théâtrale, ces vers qu'elle déclamait, ces personnages à qui elle donnait une dimension que nulle comédienne n'avait jamais atteint, se trouvait une femme épuisée qui quittait la scène de son théâtre sous d'interminables ovations d'un public en délire. Derrière cette façade d'une tragédienne comblée se cachait une santé fragile. Dans ces années après l870, la tuberculose faisait des ravages et Sarah dès l'âge de 9 ans avait les poumons fragiles, ils étaient son point faible. Elle était sujette à des crises d'étouffement et des crachements de sang fréquents.

Au fil des ans. sa santé empirera. elle devra partager sa vie entre son théâtre et sa chambre. Elle dira dans ses mémoires en l879: "J’étais condamnée par tous les médecins. mais ceux-ci se sont toujours trompés".

En 1884 de nouveau, la vitalité l'envahissait, sa force de caractère était immense et son désir de jouir de la vie. extraordinaire. Les salves d'applaudissements qui ponctuaient sa sortie de scène constituaient une thérapie sans pareille.

 En 1890, Sarah créa une pièce "Le procès de Jeanne d'Arc" où elle atteindra le sublime dans son rôle de Jeanne la Pucelle. Son rôle lui imposant de tomber plusieurs fois à genou. elle se blessera à la jambe droite et devra garder le lit plusieurs mois.

Puis les années se succéderont, apportant leur lot de souffrance qu'elle supportera courageusement.

Elle continuera à jouer dans son théâtre portée par un public qui lui restera fidèle.

Elle atteindra le maximum de la gloire alors qu'elle soufre le martyre.

 Le 22 Février 19l5, sa jambe complètement gangrenée sera amputée. Elle subira cette opération stoïquement sans une plainte.

 Désormais. Sarah se déplacera dans une chaise à porteur qui sera son dernier carrosse. Elle succombera le 26 Mai 1923 à une crise d'urémie.

Ainsi disparaît la plus grande tragédienne de son époque. laissant le souvenir d'une femme passionnée par le théâtre à qui elle avait tout donné.

 Lorsque vos pas vous conduiront dans ce square qui porte son nom. ayez une pensée pour cette actrice de génie dont le souvenir restera éternel.

 (Article rédigé par Marcel COUETUHAN pour l'Echo des Champs de Novembre 1995)

 Accueil Remonter Colette Besson Georges Clémenceau Adolphe Toulmouche Charles Dullin Général Audibert Le Guen de Kerangall Sarah Bernhardt Louise de Bettignies Duché de Bricourt Albert 1er Prosper Proux Victor Rault Aimé Cesaire Jean Terrien André Gallais Pierre Lefeuvre Joseph Le Brix Nungesser et Coli Georges Fournier Duc d'Aiguillon Jean Coquelin Louis Jouvet Guynemer Louis et René Moine Yves Noël Henri Fréville Général Nicolet